Quelle valeur d’assurance pour vos œuvres d’art ou objets de valeurs ?

Il existe 2 types de contrat d’assurances pour assurer vos objets d’art ou objets de valeurs :

Le contrat d’assurance multirisque habituelle ou un produit d’assurance spécifique.

Dans le contrat d’assurance multirisque, les objets d’art sont intégrés, certes, mais ils le sont dans le cadre d’une générale de protection de tout votre mobilier, ils ne sont pas clairement identifié en tant que telle. En cas de vols, de dégâts des aux….votre indemnisation sera basée sur une base dite proportionnelle à l’ensemble de la valeur de votre mobilier assuré.

Si vous choisissez ce type de contrat vous devrez optez pour une méthodologie de valorisation :

  • Votre contrat est en « VALEUR DÉCLARÉE »

Vos objets peuvent être assuré selon la valeur dit déclarée. Votre assurance vous indemnisera sur cette base.

En cas de sinistre, l’assuré doit prouver la valeur de ses biens par tous moyens, et l’expert contrôle également la valeur du bien. Il y a donc un risque de conflit surtout dans le cadre des œuvres d’art ou objets de valeur surtout en cas d’évolution importante de la valeur du bien assuré. Comment se prémunir d’une sous-estimation ou d’une surestimation ?

  • Point fort : souscription facile et rapide
  • Point faible : la preuve est fournir par l’assuré, ce dernier doit veiller en permanence à avoir en sa possession des justificatifs irréfutables par l’assureur et son expert.

Pour diminuer les conflits possibles au moment de l’éventuel sinistre, la valeur agréée a été inventée.

La valeur d’une œuvre d’art assurée en valeur agréée est déterminée au moment de la souscription,

après une expertise qui fixe celle-ci en fonction de l’œuvre, son importance historique, sa rareté et

du marché. Cette valeur est acceptée par l’assureur et l’assuré. En cas de sinistre, l’assuré n’aura pas besoin de rétablir la valeur de l’œuvre

  • Votre contrat est en « VALEUR AGRÉÉE »

Un expert fixe la valeur de remplacement de l’œuvre ou de l’objet. Votre assureur s’engage à vous indemniser sur cette valeur.

Avec le principe de la valeur agréée, les biens sont estimés par un expert aux frais de l’assuré lors de la souscription. En cas de sinistre, l’assureur indemnise l’assuré sur la base de la valeur agréée. La valeur agréée permet donc d’abord à l’assuré et à l’assureur de s’accorder sur le montant à assurer.

  • Point fort : en cas de sinistre, l’indemnisation souffre moins d’une contestation
  • Point fort : la prime de l’assureur est souvent minorée.

 

  • Votre Stratégie :

Quelque soit votre « stratégie » il faudra un inventaire de vos œuvres d’art et fournir la preuve de l’authenticité et de la valeur de vos biens en cas de sinistre.

« Les tableaux du 18ème, le mobilier 19ème, l’art déco, le design des années 50 sont des choses qui ne vont pas se déprécier. Elles auront au minimum la valeur de l’histoire, de la conservation et de la mémoire. Ce sont des bons placements à long terme à la différence de l’art contemporain où il va y avoir le spéculateur ». Les contrats en valeur agrée conviennent plus particulièrement aux objets de grande valeur, aux meubles anciens, et aux objets d’art et de collection.

Ainsi, pour une collection d’œuvre d’art classique, l’assuré va prévoir une évolution à la marge de la
valeur et pourra envisager une assurance avec une valeur agréée. En cas de dommage, il sera couvert
en fonction de la valeur de souscription.

Par contre, pour une collection en art contemporain, l’approche spéculative peut être importante.
Celui qui vient d’acheter un jeune artiste peut anticiper que la cote de ce dernier devrait se valoriser
au fil du temps et plutôt fortement. S’assurer en valeur déclarée semble judicieux dans ce cas.
L’assuré fera évoluer son assurance à chaque renouvellement de son contrat selon les évolutions du marché.

France-estimations vous aide. Vous pouvez remplir notre formulaire gratuit pour obtenir un rendez vous pour un inventaire maintenant.

Demander un Inventaire

WordPress Backup