1er site dédié à l’expertise, à l’estimation et à la vente de vos œuvres et objets d’art : tableau, sculpture, bijou, montre …

Quinquaud Anna : cote, prix et estimation en vue d’une vente

Quinquaud Anna : cote, prix et estimation en vue d’une vente

Quinquaud Anna : cote, prix et estimation en vue d’une vente

 

Anna Quinquaud : sa cote sur le marché de l’art

 

Anna Quinquaud (1890-1984) est une sculptrice française dont le nom et l’œuvre sont indissociablement liés à l’Afrique. Elevée par sa mère, Thérèse Caillaux, élève de Rodin, elle s’initie très jeune à la sculpture. En 1918, elle intègre l’Ecole Nationale des Beaux-Arts de Paris et obtient le second Grand Prix de Rome en 1924. Délaissant la Villa Médicis, Anna Quinquaud embarque pour l’Afrique en 1925. Esprit libre et audacieux, l’artiste-exploratrice se passionne pour la beauté du continent africain qu’elle parcourt en trois grandes expéditions. A travers ses bustes, bronzes et dessins, elle met en lumière la femme africaine tour à tour enceinte, porteuse d’eau, au travail… fruit d’une patiente observation du corps et des visages. A son retour en France, ses expositions rencontrent un grand succès : ses sujets s’inscrivent dans l’air du temps coïncidant avec l’exposition coloniale de 1931. Elle reçoit de nombreuses commandes monumentales notamment des bas-reliefs pour différentes institutions : Palais de Chaillot, Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, Cité universitaire.
Sans doute assimilée à tort à l’histoire coloniale française, Anna Quinquaud est de nouveau reconnue sur le marché de l’art depuis une dizaine d’années. Elle incarne aujourd’hui une des valeurs sûres de la sculpture française du XXe siècle affichant une cote en hausse.

 

Anna Quinquaud : prix, achat, vente et enchères

 

Prolixe et inspirée, Anna Quinquaud a réalisé de très nombreuses œuvres. A la vente, on retrouvera des bustes, statuettes, personnages en pied, debout, assis. Elle s’attache à travailler le bronze, le plâtre, la terre cuite et le grès émaillé. Son travail est aujourd’hui recherché des collectionneurs séduits par la finesse et l’élégance des sujets sculptés. Comme en témoigne une tête de jeune homme en bronze patiné, sur socle bois (h. 34 cm) vendue à 30 000* euros par la maison Turpin, à Guéret, en 2017.
De façon générale, les estimations et les prix à l’achat des bronzes se situent aux alentours de 13 000 à 30 000 euros. Les bronzes – têtes de jeunes Africaines, jumeaux, porteuses d’eau, personnages en pied – trouvent acquéreur vers 20 000-25 000 €. Quant aux grès, leur cote peut atteindre 25 000 à 30 000 euros à la vente. Ce fut le cas de « la Femme du Foutah Djalon », réalisée en grès vers 1930, rehaussée d’or et vendue en 2015 aux enchères à Saint-Brieuc 29 000 €* (Armor enchères).
Aux sculptures bien présentes sur le marché de l’art actuel, on peut trouver également certains bas-reliefs réalisés par l’artiste, témoignant de son goût pour l’Art Déco. Le 27 mai 2015, la maison Daguerre vend à Drouot une paire de bas-reliefs en plâtre représentant un couple de danseurs ornant jadis la façade d’un immeuble parisien. L’enchère finale s’élève à 13 500 euros.

 

*frais compris

 

 

Image
Quinquaud prix cote
Crédit photo : Morlaix Enchères