1er site dédié à l’expertise, à l’estimation et à la vente de vos œuvres et objets d’art : tableau, sculpture, bijou, montre …

Susse Frères et artistes modernes et contemporains : cote sur le marché de l’art

Susse Frères et les artistes modernes et contemporains : leur cote sur le marché de l’art

La fonderie et éditeur d’art Susse Frères (entreprise fondée en 1758) est la plus ancienne fonderie française encore en activité aujourd’hui. Elle doit notamment cette exception à sa reconversion dans les années 1950, durant lesquelles elle cesse la production de bronzes décoratifs pour se consacrer à la création de bronzes originaux édités en douze exemplaires maximum. Susse Frères proposent alors des statues d’artistes modernes, abstraits, surréalistes, cubistes, synthétiques, contemporains, tels Max Ernst, Joan Miró, Alberto Giacometti, Baltasar Lobo, Chana Orloff ou Georges Braque.

La réputation de la fonderie Susse Frères depuis le XIXe siècle est renforcée au XXe siècle par la commande du Musée Rodin et l’exposition de sculptures et de tapisseries de l’abbaye de Royaumont. Les bronzes Susse Frères sont recherchés par les collectionneurs. La cote de ces bronzes, globalement assez forte, dépend de la cote des artistes, et peut même révéler une valeur exceptionnelle pour des artistes comme Alberto Giacometti ou Joan Miró.

Susse Frères et les artistes modernes et contemporains : prix, achat, vente et enchère

Les bronzes les plus petits et les moins importants des artistes modernes et contemporains et fondus par Susse Frères ont des estimations situées autour de 5 000 €. Ces estimations grimpent très rapidement, et il est plus fréquent de trouver des estimations entre 15 000 € et 100 000 €.

Un bronze patiné de Chana Orloff, la « Liseuses no.1 », d’une série de huit exemplaires, a ainsi été adjugé au prix d’achat de 12 760 € (frais compris) en février 2018 à Londres (Christie’s). Les estimations sont fréquemment dépassées en salle des ventes, comme pour la statue en bronze « Au bord du Nil » de Mahmoud Mokhtar, vendu pour la somme de 251 576 euros (frais compris), a doublé son estimation, en octobre 2017 à Londres (Sotheby’s).

Les sculptures les plus exceptionnelles dépassent elles-mêmes largement ces prix et peuvent être estimées à plusieurs millions d’euros. Un rare bronze de « La jeune fille à l’oiseau » de Germaine Richier réalisé en 1954 a ainsi été adjugé au prix de 1 177 500 € (frais compris) en juin 2015 à Paris (Christie’s). Un bronze peint de Juan Miró, « La caresse d’un oiseau », de plus de trois mètres, conçu en 1967, a été vendu pour la somme de 7 878 530 euros (frais compris) en mai 2018 à New York (Christie’s). Les éditions de Giacometti ont les cotes les plus élevées aux enchères.