1er site dédié à l’expertise, à l’estimation et à la vente de vos œuvres et objets d’art : tableau, sculpture, bijou, montre …

Vénus Africaine Charles Cordier : expertise et estimation

cordier sculpture cote

 

« Vénus Africaine » de Charles-Henri Joseph Cordier : leur cote sur le marché de l’art

Charles-Henri Joseph Cordier (1827-1905), important sculpteur ethnographique du Second Empire, connu beaucoup de succès auprès de grands commanditaires notamment après la présentation de la « Vénus Africaine » à l’Exposition Universelle de Londres de 1851. Expression de la dignité humaine, la « Vénus Africaine » représente parfaitement les recherches ethnographiques et polychromes du sculpteur.
Portrait d’un visiteur du Salon parisien de 1848, la « Vénus Africaine » de Cordier, réalisée entre 1848 et 1851, fut présentée à l’Exposition de 1851 en tant que pendant du buste de « Saïd Abdallah de la tribu de Mayac ». Les deux œuvres connurent immédiatement un véritable engouement, achetées par la reine Victoria, et commandées en plâtre pour la galerie ethnographique du Musée d’Histoire Naturelle de Paris. Plus de dix-huit versions de la « Vénus Africaine » furent réalisées en taille d’origine, ainsi que de nombreuses réductions.
La cote de la « Vénus Africaine » de Cordier n’a pas diminué sur le marché de l’art depuis. On retrouve généralement sur le marché des réductions en bronze, différenciées par leur polychromie. La « Vénus Africaine » peut également faire partie d’une paire avec le buste de « Saïd Abdallah », et existe également, plus rarement, sous forme de tête ou de pendant, toujours associée au portrait de « Saïd Abdallah ».

 

« Vénus Africaine » de Charles-Henri Joseph Cordier : prix, achat, vente et enchère

Après son franc succès à l’Exposition de 1851, Cordier édita de nouvelles « Vénus Africaine » en bronze, fondues par Eck & Durand. Des réductions demi-nature notamment, soit des bustes d’environ 40 cm, se retrouvent sur le marché de l’art. Les estimations pour la « Vénus Africaine » de Cordier se situent généralement entre 15 000 et 30 000 €, jusqu’à 50 000 euros lorsqu’elle est vendue en paire avec le buste de « Saïd Abdallah ».
Le prix de vente dépasse souvent l’estimation lors de la vente aux enchères. Une « Vénus Africaine » fut ainsi vendue à 75 000 euros en 2015 à Paris (Sotheby’s), pour une estimation initiale de 15 000 à 20 000 €. Une autre « Vénus Africaine » a été adjugée au prix d’achat de 54 000 euros en novembre 2017 à Londres (Christie’s).

 

« Vénus Africaine » de 40.5 cm, vers 1855-1900, en bronze à trois patines, Charles-Henri Joseph Cordier, adjugée 54 000 € en 2017 (Christie’s)

Un commissaire-priseur vous contacte sous 48H

  • Indiquez ici la ville et/ou le code postal où sont conservés les œuvres ou objets à vendre.

Artiste :